logo-afg
image02
English (United Kingdom)
25/04/2017


Présentation Imprimer
Index de l'article
Présentation
Qu’est-ce qu’un OPCI ?
Toutes les pages
  • La décorrélation de l’immobilier par rapport aux autres classes d'actifs, la faible volatilité du prix des actifs, la prévisibilité des cash flows, la maîtrise des risques, la recherche de diversification des portefeuilles ou d’actifs alternatifs, l’ouverture des marchés, le développement d’un marché professionnel et expérimenté sont autant de facteurs qui favorisent l’immobilier d’investissement.
  • Toutefois, il manquait un chaînon reliant la gestion financière et la "pierre-papier", manque que les Organismes de Placement Collectif  Immobilier (OPCI) sont venus combler en 2005, avec l'Ordonnance n°2005-1278 du 13 octobre 2005 portant création de ce nouveau véhicule d'investissement, introduite par le Rapport au Président de la République (relatif à l'ordonnance 2005-1278 du 13 octobre 2005 définissant le régime juridique des OPCI et les modalités de transformation des SCPI en OPCI)
  • Cependant, il a fallu attendre la publication du règlement général de l'AMF le 15 mai 2007 pour que ce produit de placement puisse faire concrètement son apparition dans le paysage français. Les procédures d'agrément par l'AMF des sociétés de gestion de portefeuille d'OPCI (SGP d'OPCI) se sont ouvertes dès juillet 2007 et les premiers agréments d'OPCI sont intervenus à la fin de cette même année.
  • Aujourd'hui, leur succès auprès des institutionnels et entreprises n'est plus à démontrer, ayant su tirer partie de ses atouts en termes de flexibilité et de transparence. Les particuliers,quant à eux après un démarrage lent, s'y intéressent de plus en plus, aidés aussi par une offre plus étoffée de la part des acteurs de la gestion collective.

 

 
A fin 2015, l'encours global sous gestion s'établit à plus de 62 Mds€* contre 46 Mds€* un an plus tôt, et ce en l'espace de 8 années d'existence seulement. Les OPCI "grand public" ont un actif brut global de 5,1 Md€  (4,5 Mds € en actif net) contre 2,2  Md€ un an auparavant.
Il est à noter, que ce développement des OPCI ne s'est pas fait au détriment des SCPI (37,8 Mds€**) et des SIIC (109,6 Mds€**à fin 2014, leur capitalisation boursière à fin 2015 s'établissant à 67,94 Mds€**) qui ont, elles aussi, enregistré sur la même période une progression significative. Il témoigne encore une fois de leur utilité dans le paysage français.
Ces chiffres démontrent en outre qu'il existe une vraie demande aujourd'hui pour l'actif immobilier, et ce, tant de la part des particuliers que des institutionnels.
* Source :  IEIF - Estimation de l'actif sous gestion, exprimé hors endettement, sur la base des chiffres communiqués par les SGP
** Source IEIF
 

 

L’investissement en immobilier collectif donne aux investisseurs, désireux de placer leurs actifs dans la pierre, un accès à une expertise professionnelle, à une diversification de leurs investissements et par la même de leurs risques, à des actifs de nature différente et notamment à un accès à l'immobilier tertiaire (bureaux, commerces...), à des économies d’échelle… plus difficilement accessibles dans un autre cadre.

OPCI : la modernisation du placement immobilier

  • Jusqu’à la création des Organismes de Placement Collectif Immobilier (OPCI), les Sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) et les Sociétés d’investissement immobilier cotées (SIIC) étaient les principaux véhicules d’investissement dans ce secteur. L'OPCI est venu parachever le mouvement de modernisation de l'épargne immobilière que la création des SIIC avait initié en 2003.

 

Le cadre réglementaire et fiscal des SCPI, qui demeure encore contraignant en dépit des réformes intervenues notamment en juillet 2013, ne permet pas de répondre pleinement aux mutations actuelles du marché. Avec l’apparition des OPCI, le secteur du placement immobilier collectif s'est modernisé, au bénéfice des porteurs de parts. En effet, ce nouveau véhicule d’investissement donne non seulement accès à d’autres régimes fiscaux que celui uniquement des revenus fonciers, mais également à une gestion plus dynamique du patrimoine immobilier en favorisant de plus la liquidité du portefeuille. Par ailleurs, à la différence des SIIC, ils ne sont pas cotés en Bourse.

 

  • Les OPCI s’inscrivent à la croisée des chemins entre la culture financière de l’investissement en valeurs mobilières et la culture du placement en immobilier. Les OPCI bénéficient ainsi d'un cadre juridique, efficace et attractif, calqué sur celui des OPCVM, au sens ancien du terme.

 



Mise à jour le 31 Mai 2016
 

FORMATIONS

PRESSE

EN BREF

NEWSLETTER

EVENEMENTS

PUBLICATIONS

ECONOMIE ET STATISTIQUES